Pimp My Museum : Museomix, cette belle aventure…

Il est toujours plus difficile de dégriser lorsque l’expérience qu’on a vécue était passionnante et hors du commun… Ceci explique sans doute pourquoi le Rat s’attelle aujourd’hui à son article avec une pointe de regret : quoi, c’est déjà fini, Museomix?!

th

72 heures de réflexion, de fous-rires, de tortillas, de pigeons, de nouvelles têtes, de schémas explicatifs, de fatigue, de sourires et de bonbons… Museomix, c’est ça et tellement plus! L’aventure a commencé il y a quelques mois lorsque le Rat est tombé, au hasard des réseaux sociaux, sur un formulaire de candidature. La proposition était simple, et on ne peut plus alléchante : trois jours de travail dans un musée choisi au préalable, des équipes qui au départ ne se connaissent pas mais doivent unir leur matière grise et leur grain de folie pour présenter des prototypes éclairant d’un jour nouveau les collections et l’environnement du musée…un évènement international reconduit pour la cinquième année consécutive, dûment relayé par les réseaux sociaux et fort d’un certain nombre de partenariats prestigieux, comme avec TXRobotic ou Tri-D… soit le nec plus ultra des dernières technologies sur un plateau!

Ma candidature acceptée (j’ai choisi Roubaix, à la fois en raison de sa proximité géographique, mais aussi et surtout parce qu’on va remixer la Manufacture, une ancienne usine textile, et que le sujet m’intéresse particulièrement), et après quelques angoisses logistiques, le grand jour de mon premier Museomix arrive enfin!

Vendredi 6 novembre :  Freaky Friday.

6h20 : Le Rat s’installe, hagard, dans le petit TER qui va l’amener jusqu’à Lille, où l’attendra l’une des organisatrices et son troupeau de Museomixeurs venus de toute la France. Mon légendaire sens de l’orientation me conduit tout naturellement, à peine descendue du train, à contourner entièrement par la gauche la gare de Lille Flandres, alors que le groupe m’attendait à droite en sortant. L’avantage, c’est que tous, m’ayant attendue pendant 20 bonnes minutes, connaissent dès à présent mon nom et mon visage. Après cette piteuse entrée en matière, nous rejoignons en métro puis en bus la Manufacture, que je vois pour la première fois.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Nous y sommes accueillis à grand renfort de sourires, de café chaud et de goodies qui ravissent en moi l’amatrice de badges rutilants et de tote-bags personnalisés : il y a même des autocollants et un gobelet aux couleurs de l’évènement, je suis aux anges…et prête pour la visite de la Manuf’, d’ailleurs magistralement menée par Pauline, la guide du musée. Au milieu des machines, le groupe prend déjà des notes et mitraille les métiers à tisser Jacquard et autres ourdissoirs…inquiète devant tant de professionnalisme, et surtout de si bonne heure, je me renseigne : mais les trois quart des participants s’apprêtent à vivre, comme moi, leur premier Museomix (ils sont juste plus zélés…ou plus habitués à se lever tôt! 😉 ).

Après les discours d’usage, vient l’heure fatidique du choix des thèmes : plusieurs retiennent mon attention, mais au terme du premier brainstorming, j’opte pour « Tissu, tissage / métier(s) », et je dépose mon badge dans le petit sac prévu à cet effet. L’équipe est tirée au sort, et c’est avec grand plaisir que j’y retrouve deux connaissances rencontrées à la gare, et avec lesquelles je me sentais déjà quelques affinités. Direction la salle de travail pour un premier tour de table, orchestré par notre coach qui nous prodigue quelques conseils d’organisation très bienvenus. Chaque équipe comporte un « spécialiste » d’une discipline : graphisme, contenus, code, construction ou encore médiation ; mais nous convenons rapidement que nous nous relaierons dans certains domaines, afin que l’expérience soit la plus agréable et la plus enrichissante pour tout le monde. La journée se passe à réfléchir à notre futur prototype autour des mots-clés que nous avons choisis. Pendant les deux pauses repas, on lie connaissance (certains viennent vraiment de loin, c’est impressionnant : Marion, dans mon équipe, a quand même enduré plus de 10h de bus depuis Lyon!), et on échange sur nos perspectives professionnelles…le week-end promet d’être riche (entre autres) en belles rencontres! Pour les besoins de la présentation, notre belle équipe exclusivement féminine se baptise Les Chti’sseuses et décide de nommer son projet « Balade en Trame »: à nous, toute honte bue, les jeux de mots faciles qui séduiront les foules dimanche après-midi!

A 18h, une séance plénière nous permet de faire le point sur l’avancée de nos réflexions…ensuite, on se remet au boulot. A 23h, la première journée se termine : tous les Museomixeurs sont pressés d’aller se coucher. Ma coéquipière Sarah et moi allons dormir chez l’une des organisatrices, la gentille Émilie, qui déploie pour nous un futon dans son salon : nous y déroulons nos sacs de couchage et plongeons sans plus tarder dans un sommeil hélas un peu trop court pour être complètement réparateur. 😉

Samedi 7 novembre : Le Jour le Plus Long.

7h30 : pas de temps à perdre ce matin, nous devons être à 9h à la Manufacture pour entamer la seconde journée de notre « marathon créatif »! L’équipe est plus calme que la veille, les idées fusent moins nombreuses, mais plus précises. Aujourd’hui, nos deux projets (hé oui, deux pour le prix d’un, on n’a pas peur, nous!) doivent être affinés au maximum, car demain il nous faudra les présenter à un public spécialement accouru pour les tester. Nous partons sur l’idée d’un voyage au centre duquel l’Humain occuperait le premier rôle : nous proposerons d’abord un dispositif immersif, à la manière d’un sas sensoriel sollicitant la vue, le toucher et l’ouïe, puis une application sur tablette permettant d’approfondir ses connaissances autour d’une machine de l’usine, et de l’ouvrier qui la manipulait. Ces dispositifs sont conçus pour appuyer la visite guidée déjà existante, et pour apporter au visiteur une dimension supplémentaire. Ceci arrêté, chacune cible ses champs d’intervention : rédaction des contenus, développement de l’application pour notre codeuse, schéma d’un ourdissoir par votre serviteur, Rat de Musée habitué aux croquis sur le vif, préparation des structures pour nos prototypes…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Dimanche 8 novembre : Les Visiteurs.

C’est le grand jour pour les Museomixeurs! Cet après-midi, après un crash-test que tous espèrent réussi, nous accueillerons le public qui essaiera nos prototypes et nous donnera son avis. En attendant, nous terminons nos projets, lions des fils entre eux, réglons le son de notre dispositif, peaufinons notre argumentaire, et essayons les jolis petits tabliers noirs confectionnés par notre super couturière, et ornés des badges reprenant notre logo, imprimés en 3D par la géniale équipe du FabLab.

SAMSUNG CAMERA PICTURESLa Manuf’, totalement investie par l’événement, a en effet été divisée tout le week-end en espaces de travail : la salle de Co-Working, dans laquelle nous nous sommes triturés les méninges de concert, le Catering, ô merveilleuse cantine, la MixRoom, espace dévolu à nos cameramen/women, monteurs et preneurs de son, la Menuiserie, espace de tous les possibles, et enfin le FabLab, où s’activent les techniciens autour des imprimantes 3D et autres machines à hologrammes. Les Chti’sseuses sont prêtes à accueillir les visiteurs : un défilé quasi-ininterrompu de public, du simple amateur lambda au geek curieux en passant par Monsieur le Maire de Roubaix. Quel bonheur de présenter les prototypes sur lesquels nous avons travaillé ensemble trois jours durant, en équipe, dans un bel esprit d’entraide et d’émulation! Le Rat en verserait presque sa petite larme…

Les + du Rat :

Ils sont si nombreux! Je mentionnerai simplement, en vrac, l’événement Museo-Kids, intégré dans le nôtre (le samedi après-midi), qui a permis à des enfants entre 8 et 12 ans de venir tester des technologies de pointe au cœur du musée, la disponibilité des organisateurs (chapeau, les artistes! et bravo à la famille Debail pour la nourriture), les partenariats bien sympa (merci aux Archives Nationales du Monde du Travail pour les livres magnifiques!), les possibilités offertes de découvrir d’autres univers et d’autres champs d’action (pour un Rat de Musée habitué à une médiation très traditionnelle, c’est drôlement impressionnant, une imprimante 3D!), et enfin les belles rencontres…

A l’année prochaine, alors? Plutôt deux fois qu’une, parole de Rat!

[Si vous désirez en savoir plus sur l’esprit Museomix, rendez-vous sur le site officiel!]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s