Museum-Trip à Amsterdam : suite et fin!

Notre deuxième journée à Amsterdam était dédiée aux deux grands musées de la ville, le Van Gogh Museum et le Rijksmuseum.

Nous avons commencé par la visite de l’exposition temporaire « Van Gogh/Munch », le but principal de notre excursion amstellodamoise… qui se terminait le jour même!

Le parallèle entre les deux artistes peut ne pas sembler évident au premier abord, mais ils partagent une origine géographique (le Nord de l’Europe, Munch étant norvégien et Van Gogh hollandais), une époque (ils n’ont que dix ans d’écart, même si Munch a vécu beaucoup plus longtemps) et surtout une conception de la peinture qui leur valut à maintes reprises les moqueries et l’incompréhension de leurs contemporains. Sans cesse en quête d’innovations, les deux maîtres ont, chacun à leur manière, flirté avec la folie ; de leur chaos intérieur, ils ont tiré des chefs d’œuvre qui frappent par leur charge émotionnelle, par leurs couleurs pures, et par le mouvement qui s’en dégage. L’exposition « Van Gogh/Munch » a d’abord été présentée au Munchmuseet à Oslo ; divisée en trois parties correspondant à trois des étages du musée, elle adopte une progression chronologique en miroir, associant les rencontres et les influences successives des deux peintres, et présente quelques-unes des œuvres les plus connues de Van Gogh et Munch : Le Cri, La Nuit Étoilée, Madonna ou encore Les Tournesols. Face au Cri, c’est une petite déception : les couleurs sont plus ternes que dans les multiples reproductions que j’ai eu l’occasion de voir (à cause du support en carton?), et le format est plus petit que ce à quoi je m’attendais. En revanche, j’ai bien passé dix minutes à contempler La Nuit Étoilée… quelle merveille!

Après l’exposition, nous avons déambulé dans le musée Van Gogh ; l’exposition permanente s’y déroule sur quatre étages, qui correspondent à différentes phases du travail du peintre. J’ai beaucoup apprécié le second, qui met l’accent sur les secrets des tableaux : des microscopes permettent ainsi de visualiser l’épaisseur des couches de peinture successives ou encore d’identifier de petits grains de sable figés dans la couche picturale, au cœur d’une œuvre peinte au bord de la mer un jour de grand vent.

DSC03239-001

En termes de médiation, je n’ai pas aperçu grand-chose. Le musée interdit la photo (même dans les espaces de circulation), mais a mis en place un « selfie-spot » sous un grand portrait de Van Gogh imprimé sur le mur… un procédé toujours un peu discutable. J’ai également repéré des malles pédagogiques utilisables par les familles sur le site : sous forme de valises anciennes, couvertes d’étiquettes, elles renferment quelques petits objets et des livrets de jeux.

À peine sortis du Van Gogh Museum, nous traversons la Museumplein (la place des Musées, très animée, et parsemée de petits stands, notamment de nourriture…miam!) qui le sépare du Rijksmuseum, l’autre étape artistique de notre journée.

DSC03248

La taille du bâtiment (réalisé par Pieter Cuypers en 1863) est impressionnante ; comme au Louvre ou au Prado, il faut donc faire des choix! Nous sélectionnons les étages qui nous inspirent le plus, et décidons de faire l’impasse sur le pavillon asiatique, et l’art du Moyen-Age, pour nous concentrer sur le siècle d’or hollandais. Bien sûr, certaines œuvres sont incontournables : La Ronde de Nuit et La Fiancée Juive de Rembrandt, par exemple, ou La Laitière de Vermeer, incroyable de finesse et de précision.

Nous avons aussi admiré, au rez-de-chaussée, les collections héritées des colonies néerlandaises, puis, dans les étages, les meubles rococo, les maisons de poupée, et bien sûr la bibliothèque.

Pour ces deux musées et l’exposition temporaire Munch/Van Gogh, nous avions prudemment réservé nos billets sur Internet, et je ne peux que conseiller cette option au vu de la foule qui se pressait devant ces deux bâtiments incontournables. En termes de prix, les tarifs sont très élevés, et il n’y a pas de réduction pour les jeunes adultes que nous sommes (de mémoire, il n’y a de demi-tarif que pour les moins de 18 ans). Cela peut sembler prosaïque d’évoquer le coût des visites, mais, en tant que Rat de Musée, je reste convaincu que les institutions culturelles doivent s’adapter aux visiteurs sur ce plan ; à Amsterdam, c’est loin d’être le cas. Nous avons déboursé pas moins de 111 euros pour accéder à quatre musées, dans lesquels, il est vrai, nous avons pu admirer des œuvres remarquables.

Je n’ai pas mentionné nos autres visites : Béguinage, Marché aux Fleurs, Quartier Rouge… de peur de surcharger cet article déjà très long, mais n’hésitez pas à me poser des questions en commentaire. J’ai adoré ce week-end d’évasion et de découvertes, et j’espère vous avoir donné envie de visiter Amsterdam, et surtout ses musées! 😉

Publicités

4 réflexions sur “Museum-Trip à Amsterdam : suite et fin!

  1. Mon acolyte de blog et moi-même sommes allées à Amsterdam en décembre, leurs musées sont magnifiques mais je te rejoins sur les prix ! Nous avons donc, faute de budget, limité nos visites : Rijksmuseum, Amsterdam Museum, et Stedelijk ! Le parcours Amsterdam DNA à l’Amsterdam Museum est un exemple très intéressant de muséologie. Globalement j’ai trouvé qu’on ressentait moins cette « peur » d’être pédagogique et accessible qui semble parfois hanter les musées français. Là par exemple les événements historiques étaient expliqués à l’aide de petits pictogrammes drôles et marquant, c’était très agréable.

    Quant au Rijksmuseum, l’amertume du prix a été agréablement compensée par le fait que nous nous y sommes rendues un samedi, dont nous avons eu la surprise de découvrir qu’il est désormais le jour du projet #startdrawing. Le musée offre un carnet de dessin avec des consignes, ainsi qu’un crayon, et ensuite au visiteur de se réapproprier certaines œuvres, en suivant un thème. Par exemple, on doit essayer de dessiner La Ronde de nuit sans aucun contour, uniquement par zones d’ombres et de lumières. Résultat nous avons passé une bonne demi-heure devant le tableau, découvert des tas de détails, une belle expérience. De nombreux visiteurs se prêtaient au jeu, rendu plus agréable par le fait que les gardiens ne venaient pas hurler sur les gens qui s’installaient confortablement par terre.

    Bref, de mon expérience amstellodamoise, je retiendrai des musées qui semblaient entièrement tournés vers le visiteur ! J’ai hâte d’y retourner pour voir tous les autres musées que tu décris !

    Aimé par 2 people

    1. J’ai regretté de ne pas avoir fait l’Amsterdam Museum, et ton commentaire n’arrange pas les choses! 😉 Tous les ingrédients avaient l’air réunis pour une découverte à la fois didactique et ludique…le top! Et quelle chance pour le Rijksmuseum, j’aurais adoré vivre une expérience similaire!! Je file découvrir ton blog, on se retrouvera peut-être là-bas!;) Bises de Rat!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s