Un dimanche au(x) château(x)…

Bonjour à tous! Après une petite pause, me voici de retour… le temps maussade et un mortel combo angine/sinusite me retiennent au lit, l’endroit parfait d’où vous résumer, mollement blottie dans les coussins, notre journée spéciale « vie de château ».

En Picardie depuis bientôt trois ans, nous en sommes encore à découvrir certains lieux emblématiques, dont les domaines de Pierrefonds et de Compiègne ; je n’avais fait qu’entrevoir ce dernier en 2013, lors de mon tout premier colloque en tant que professionnelle, un merveilleux souvenir. Le Rat Prof et moi avons donc décidé de faire d’une pierre deux coups dans notre découverte du patrimoine picard : le matin, à la faveur d’une éclaircie qui a finalement duré toute la journée, nous avons visité le joyau de Viollet-le-Duc, dont l’architecture unique constituait le support de (trop) nombreux cours d’histoire des styles du temps de mes années étudiantes. Après Pierrefonds, c’est à Compiègne que nous nous sommes ensuite rendus, avec un petit détour par le Mémorial de l’Armistice…

Ses créneaux dentelés se découpant sur fond de ciel (bleu, ce jour-là), c’est le château de Pierrefonds qui nous accueille tout d’abord, impressionnant édifice perché sur une petite éminence, que l’on aborde à pied après s’être garé dans les ruelles en contrebas. Passé le guichet au bout du pont-levis, nous pénétrons dans une cour intérieure pavée ; le style des bâtiments qui l’entourent est pour le moins curieux : un peu de baroque, beaucoup de médiéval… Partout se dévoilent des statues étonnantes : une salamandre en guise de gouttière, des gargouilles au faciès difforme ou encore un pélican dont les mamelles pendantes l’éloignent de l’oiseau pour le rapprocher du mammifère.

Ce bestiaire est l’une des caractéristiques les plus originales du château de Pierrefonds, dont l’histoire est pleine de rebondissements : la construction date en fait du 14ème siècle, mais retourna progressivement à l’état de ruine jusqu’à son démantèlement partiel au 17ème siècle. Viollet-le-Duc, architecte star de Napoléon III, entreprit de redonner aux vestiges leur gloire d’antan, non sans recourir à de nombreux emprunts d’éléments tirés d’autres édifices, voire en se fiant totalement à son inspiration ; pour le célèbre architecte, restauration et imagination allaient en effet souvent de pair. Aujourd’hui, ce château très atypique accueille de nombreux tournages, notamment la série Merlin.

La visite est assez rapide, car il ne reste que très peu de mobilier dans les salles ; les divagations pseudo-médiévales de Viollet-le-Duc, sur panneaux de bois ou pans de fresques colorés sont absolument merveilleuses, cependant, et valent à elles seules le détour.

Enfin, dans les sous-sols, le château a mis en place une scénographie immersive autour des collections de copies de gisants et d’orants provenant de la basilique de Saint-Denis ; imaginés par le collectif Skertzo, jeux de lumières et fonds sonores participent à la recréation d’une ambiance onirique, au cœur de la fraîche pénombre des souterrains. De retour en surface, la maquette du château, et la présentation de nombreux éléments de statuaire en plâtre ou en bronze sont également assez instructifs.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Malheureusement, le château pâtit d’un évident manque de fonds, ce qui se traduit notamment par une absence de surveillance très dommageable, les visiteurs n’hésitant pas à graver leur nom dans les cheminées ou sur les murs. Quant aux toilettes… disons qu’elles aident à se replonger dans l’atmosphère moyenâgeuse!

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Ma tête devant les toilettes…

Après la visite du château, nous profitons du soleil pour déjeuner en terrasse au bord du petit lac, au pied des remparts… puis repartons, direction Compiègne! Au passage, le Rat Prof, qui avait repéré les panneaux à l’aller, me propose un détour par le Mémorial de l’Armistice, en clairière de Rethondes, au cœur de la forêt. Nous y passons une petite heure intéressante, entre wagon « sosie » de celui où fut signé le fameux document, journaux, lettres, militaria d’époque, et dispositifs de projection de clichés sur plaques de verre.

Enfin arrivés à Compiègne, nous découvrons la demeure impériale dans toute sa splendeur. De Louis XV à Napoléon III, la résidence fut aménagée au gré des modes successives, et témoigne d’un art de vivre « à la française », tant dans l’agencement des pièces décorées avec faste que dans l’alignement des jardins, havres de verdure tranquille. J’avoue que nous avons traversé assez rapidement l’exposition consacrée aux cycles dans les salles du musée de la Voiture et du Tourisme, pour nous concentrer sur les appartements historiques.

L’enfilade de pièces (qui n’est pas sans évoquer Versailles, mais en beaucoup moins bondé) permet de se replonger dans la vie de cour de l’époque ; quant au mobilier, il est fascinant, notamment le Confident, fameux siège à deux assises face à face, et l’Indiscret, qui permettait à une troisième personne de s’immiscer dans la conversation. Nous avons terminé notre visite dans les jardins, très agréables par beau temps, et parfaite conclusion à une journée d’enrichissantes découvertes patrimoniales!

Et vous, quelle royale demeure préféreriez-vous?

Publicités

2 réflexions sur “Un dimanche au(x) château(x)…

  1. Pierrefonds me faisait rêver depuis longtemps et si l’architecture et tous les petits détails m’ont vraiment plus, le caractère extrêmement vide est bien décevant. Comme tu le souligne, les nombreuses dégradations et l’état générale enlève un bonne partie de la majesté du lieu. Une expo permanente sur les séries/films qui y ont été tournées ou je ne sais quels autres choses à mettre en place serait le bienvenu.

    Le sous-sol par contre a été un gros coup de cœur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s